Téléphone France: +33 (0)9 63 55 22 70
Devise: Mon Compte (0) Article(s)
DEVENEZ LORD OU LADY DÈS AUJOURD'HUI

Le Château du Loch Leven et la Dernière Reine d’Ecosse (1ère partie)

Écrit par: Anne
Publié: 13th August 2017, dernière mise à jour: 6th February 2018

Non loin de la réserve naturelle Glencoe Wood d’Highland Titles, sur une île au milieu du lac (loch) Leven, se dressent les vestiges d’un château, autrefois propriété de la famille Douglas. C’est là que la famille  accueillait souvent sa parente et amie, Mary Queen of Scots. C’est lors de l’une de ses visites que la Reine a convoqué l’intraitable protestant John Knox pour l’un de ses fameux débats sur la religion. Plus tard, le château est devenu sa prison et la famille Douglas, ses geôliers.

Château de Loch Leven

Aujourd’hui, l’île du château est quatre fois plus grande qu’à l’époque de Marie, le loch ayant reculé au cours des siècles. Pendant la vie de Marie il devint un bastion royal, considéré comme totalement sécurisé et dont il était impossible de s’évader.

C’est quelque part dans le parc de ce château que sont enterrés les petits corps de ses jumeaux mort-nés, issus de son troisième mariage scandaleux avec le comte de Bothwell, soupçonné d’avoir tué le deuxième époux de Marie.

L’histoire de Mary Stuart, dernière reine d’Écosse, est fascinante. À la fois brillante et imprudente, elle régna durant une période dangereuse où les monarques féminins devaient déjouer l’ambition des hommes qui les entouraient. Cependant, contrairement à sa cousine Elizabeth I, Mary Stuart perdit à ces jeux mortels du pouvoir.

Reconstitution pour ordinateur

 

Marie est née le 8 décembre 1542. Six jours plus tard, son père, le roi Jacques V d’Écosse, meurt tragiquement jeune (30 ans), et Marie devient  reine bien avant d’en être capable. Plusieurs régents se bousculèrent le pouvoir durant son enfance.

Quand Marie était encore bébé, Henry VIII tenta de former un traité pour unir son fils Edward (VI) et Mary par le mariage. Mais la liste des exigences d’Henry était irréaliste et le souvenir des trahisons anglaises passées gravé au fer rouge dans la mémoire des Écossais. Après une réponse initialement positive, ils rejetèrent le traité.

Furieux, Henri VIII déclara la dernière guerre de son règne. Connue sous le nom de «rough wooing», la cour brutale, cette guerre dura 5 ans et démolit des villes à travers l’Écosse. C’est l’intervention des Français qui sauva la situation, grâce à l’Auld Alliance qu’Henry VIII aurait voulu voir brisée selon l’une des exigences du traité de mariage.

Marie Stuart et François II

A l’âge de cinq ans, Marie fut  fiancée au dauphin français, futur François II de France, puis elle fut envoyée à la cour de France où elle apprit à parler couramment le français, l’espagnol et le latin. Elle était bien aimée par le roi de France et entreprit d’éblouir les courtisans par son intelligence et son charme dès son plus jeune âge. Elle et le Dauphin grandirent ensemble, devinrent très épris l’un de l’autre et se marièrent en 1558 dans la Cathédrale Notre Dame au coeur de spectacles et de festivités grandioses. Mary avait 15 ans et le Dauphin 14.

Plus tard dans cette même année, la reine catholique anglaise Mary Tudor mourut, ayant déjà succédé au court règne d’Edouard VI. En un peu plus d’une décennie, la couronne anglaise était passée sur la tête de tous les enfants d’Henry VIII pour finalement atterrir sur celle de sa plus jeune fille, Elizabeth.

Aux yeux  des Catholiques, Elizabeth était l’enfant illégitime d’Anne Boleyn, issue d’un mariage scandaleux qui avait été annulé. Alors que Mary Stuart, reine d’Écosse, était la petite-fille de Henry VII d’Angleterre, et bien plus légitime qu’Elizabeth ne pourrait jamais espérer être.

 

La jeune princesse Elizabeth

En apprenant la mort de Mary Tudor, le roi français Henri II annonça haut et fort que Mary Queen of Scots était la reine légitime d’Angleterre. Pour cette raison, la reine Elizabeth ne fit jamais confiance à Mary Stuart car tant que Marie vivait, elle serait toujours une menace. Si Mary avait compris cela, peut-être que ses choix auraient été différents, mais elle fit l’erreur désastreuse de penser que sa cousine Elizabeth était une amie.

Pour lire la suite


A propos de l'Auteur

Écrit par: Anne


Commentaires pour cet article

  • FOGLIA BRUNO
    18/08/21 - 14:49

    donc si je comprends bien, la reine d’Angleterre d’aujourd’hui est une usurpatrice…

Une remarque ? Laissez un commentaire !