• Votre devise :
  • Se connecter
  • (0) Article(s) €0.00

La Maladie Ramorum

Écrit par: Anne
Publié: 25th September 2017

Le rododendron ponticum fut introduit pour la première fois dans les jardins botaniques britanniques et les grands domaines il y a 250 ans. Il constitue une excellente couverture pour le gibier à plumes, mais a peu de valeur dans les écosystèmes qu’il domine largement désormais. L’arbuste s’est propagé hors de contrôle causant d’énormes dommages à de nombreuses forêts indigènes, aux landes et autres endroits sauvages. La plante couvre aujourd’hui 98 700 hectares, soit environ 3,3% du total des terres boisées britanniques, selon un rapport de la Commission des forêts (Forestry Commission), et se plait particulièrement  en Écosse, où elle couvre 53 000 hectares. Notre réserve naturelle sur Duror souffre d’une large bande s’étendant le long de la route principale d’Oban à Fort William qui forme la bordure ouest de la réserve .

Le rhododendron pousse sous forme d’énormes buissons qui obstruent la lumière du soleil et étouffent la plupart des autres plantes sauvages et arbres, les empêchant de pousser ou de se régénérer. Ses feuilles sont toxiques pour les animaux et repoussent la faune, du ver de terre jusqu’aux oiseaux. Beaucoup de buissons de rhododendron ont été infectés par la maladie des arbres appelée la maladie de Ramorum, une maladie très pernicieuse qui menace de nombreuses espèces d’arbres et arbustes. Des foyers de la maladie au Royaume-Uni, en particulier sur les mélèzes, ont souvent été associés à la présence du Rhododendron ponticum et aux Etats-Unis, la maladie touche les chênes, ce qui a conduit à son nom de « mort subite du chêne ».

Chêne infecté

Chaque plante de rhododendron peut produire chaque année un million ou plus de minuscules graines qui se propagent dans le vent, elles se répandent aussi dans les gros enchevêtrements de branches qui s’enracinent dans le sol. La plante est incroyablement difficile à éliminer en creusant jusqu’aux racines ou en utilisant des herbicides. L’éradication est coûteuse et longue, cela prend des années pour l’éradiquer complètement. Highland Titles mène une offensive annuelle à l’aide de bénévoles sur nos Rhododendrons, mais ils restent un problème majeur et une source potentielle de maladie de Ramorum.

Le Phytophthora ramorum est l’agent pathogène qui cause la maladie de Ramorum, une maladie qui entraîne la mort des plantes qu’elle infecte. Il a été identifié pour la première fois dans les années 1990 aux Etats-Unis où il a provoqué des dégâts considérables en Californie, ce qui lui a valu le nom de «mort subite du chêne»(SOD (Sudden Oak Death). Phytophthora vient du mot grec qui veut dire  «destructeur de plantes».

Il lui a fallu dix ans pour atteindre le Royaume-Uni, ceci grâce au commerce international effréné et largement incontrôlé des plantes. En 2009, il a d’abord été trouvé sur les plants de myrtille dans le Staffordshire, puis plus tard la même année sur un mélèze japonais à Cornwall. En 2010, il a été trouvé au pays de Galles.

Comment le Phytophthora ramorum se propage-t-il ? 

Le Phytophthora est une moisissure aquatique. Une fois établi dans un hôte végétal, il se propage par la production ultérieure de spores. Deux types de spores peuvent être produits sur les feuilles de l’hôte – l’un dans un rôle de dispersion en infectant directement les nouvelles plantes et l’autre qui peut persister et survivre dans l’environnement pendant un temps considérable jusqu’à ce que les conditions soient favorables (oospore). Les agents phytopathogènes polyphages ont besoin de conditions humides pour se propager avec succès et sont donc bien adaptés au climat de l’ouest de la Grande-Bretagne. Il peut être dispersé par les éclaboussures de pluie, les gouttes de  pluie poussées par le vent et dans les nappes phréatiques, ainsi que par les matières végétales contaminées et la terre sur les outils, les bottes et les véhicules.

Organisme aquatique

Le Phytophthora est l’un des Oomycètes, également connu sous le nom de water moulds ou molds. Ils forment un large groupe d’organismes eucaryotes terrestres et aquatiques et ont parfois été décrits comme des champignons. Cependant, ils sont maintenant placés dans un autre clade, le supergroupe SAR (Stramenopiles-Alveolates-Rhizarians), également connu sous le nom de Harosa.

Morphologiquement, le Phytophthora est très similaire aux vrais champignons mais son histoire évolutive est distincte. Contrairement aux champignons, le clade SAR ressemble plus aux plantes qu’aux animaux. Alors que les parois cellulaires fongiques sont constituées principalement de chitine, les parois cellulaires de Phytophthora sont principalement constituées de cellulose. Les niveaux de ploïdie sont différents entre ces deux groupes; Les espèces de Phytophthora ont des chromosomes diploïdes (appariés) dans le stade végétatif (croissant, non reproductif) de la vie, tandis que les champignons sont presque toujours haploïdes à ce stade. Les voies biochimiques diffèrent également, notamment la voie de synthèse de l’acide aminé de la lysine qui est hautement conservée.

Quelles sont les Espèces hôtes ?

Les principales espèces susceptibles d’être infectées dans les zones boisées sont:

Le Rhododendron. La maladie de Ramorum attaque les jeunes pousses, les brindilles, les feuilles et les extrémités des feuilles. Lorsqu’ on les regarde de loin, les plantes peuvent paraître flétries. La décoloration brun-noir peut former un motif de poignard caractéristique et distinctif qui se propage à partir du pétiole et les extrémités des feuilles peuvent également être affectées.

Les Arbres à larges feuilles. Les arbres feuillus les plus sensibles sont le hêtre et le châtaignier. Il peut affecter seulement l’écorce (comme dans le hêtre), juste les feuilles (comme le frêne) ou l’écorce, les feuilles et les pousses ensemble. Habituellement, les infections de l’écorce apparaissent comme de gros chancres brun-noir sur la partie inférieure du tronc qui s’infiltrent dans la sève rouge foncé. À ce jour, les chênes britanniques ont résisté à l’infection.

Les Conifères. Jusqu’à présent en Grande-Bretagne la maladie de Ramorum n’a affecté que le mélèze. Les symptômes comprennent: infection au niveau des aiguilles, dépérissement des pousses et des chancres sur les branches. Les pointes de pousse infectées dépérissent et flétrissent et les aiguilles infectées apparaissent noircies.

Les Myrtilliers (Vaccinium myrtillus). A l’endroit infecté apparaissent des lésions nécrotiques de la tige brune, parfois on voit des bandes sur la tige. Les feuilles peuvent également être affectées – les lésions noires peuvent s’étendre du pétiole à la feuille.

Sur votre réserve de Glencoe wood, nous n’avons pas de myrtilles dans le sous-bois, ou de hêtres ou de châtaigniers. Cependant nous avons plusieurs milliers de mélèzes et un certain nombre de chênes anciens et précieux et une inspection récente a trouvé des rhododendrons infectés. Peter écrira un nouvel article sur  la façon dont nous avons abordé le problème.


Concernant l'Auteur

Écrit par: Anne


Commentaires sur cet article

Une remarque ? Merci de laisser un commentaire.