• Votre devise :
  • Se connecter
  • (0) Article(s) €0.00

L’Importance des Insectes Butineurs

Écrit par: Anne
Publié: 13th October 2017

Les insectes butineurs sont non seulement un avantage écologique, ils jouent avant tout un rôle essentiel dans la survie d’autres espèces.

La pollinisation de certaines fleurs, telles que les pensées sauvages ou le trèfle rouge, repose uniquement sur les insectes butineurs.

Lorsque vous vous tenez sous un cerisier en fleurs ou que vous longez une haie en été, vous entendez le doux bourdonnement des abeilles. En Ecosse, vous les trouverez en train de butiner de la fougère, abondante sur le territoire et dans la réserve de Glencoe wood. Les scientifiques ont prouvé que le miel de bruyère avec ses propriétés antibactériennes est tout aussi bénéfique que le miel de Manuka.

Ruche parmi les bruyères

On dénombre 250 différentes espèces d’abeilles dans les îles britanniques. 225 espèces sont des insectes solitaires, faisant leur nid dans un trou du sol et butinant pour nourrir leurs jeunes. Les 25 autres espèces vivent en colonies. Savez-vous que seule les femelles pique ? En effet, les abeilles mâles ne possèdent pas ce mécanisme de défense et ne peuvent que s’envoler pour fuir une éventuelle menace.

Récolte de pollen fructueuse

En installant des ruches dans Glencoe wood, nous espérons augmenter la pollinisation des plantes sauvages, ce qui favorisera la biodiversité. C’est une bonne chose pour la forêt et une bonne chose pour les animaux et les oiseaux qui y vivent.

Les abeilles domestiques sont des créatures remarquables. Elles vivent uniquement en colonies, et ne peuvent pas survivre longtemps en tant qu’individus. Aussi étrange que cela puisse paraître, la colonie est le cerveau de l’abeille domestique. Les travailleuses séparées de la colonie succombent rapidement à une «inertie paralysante», selon Gilbert Nixon, l’éminent hyménoptère (qui étudie les insectes dont  les abeilles domestiques).

C’est pourquoi le phénomène affligeant du syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles domestiques ( Colony Collapse Disorder) est un tel mystère. Les abeilles sont conçues pour ne pas abandonner leur colonie, et pourtant, c’est précisément ce qui se passe. Les ruches sont abandonnées par les ouvrières, laissant  la reine des abeilles sans surveillance, les réserves de miel et de pollen inutilisées, et une nichée de larves livrées à elles-mêmes. De nombreuses causes sont soupçonnées, y compris l’acarien Varroa, mais à ce jour aucun consensus n’a été atteint. Les scientifiques estiment qu’un certain nombre de critères complexes contribuent au déclin récent des populations d’abeilles, notamment l’utilisation de certains pesticides, la prolifération d’acariens et de maladies fongiques, ainsi que les pratiques modernes d’apiculture.

Cycle de vie d’une larve d’abeille

Pratiques trop intensives, avec une dépendance accrue à l’eau sucrée et aux antibiotiques pour encourager une production de miel plus rapide, des inspections fréquentes et intrusives de la ruche et des colonies d’abeilles transportées sur de longues distances. Tout ou partie de ces facteurs peuvent être en cause. Le désordre est apparu au 19ème siècle, et a été observé pendant des périodes occasionnelles depuis lors. Les apiculteurs l’appelaient à l’origine la «maladie de la disparition (Disappearing disease)».

Cependant, en 2006, les scientifiques ont découvert qu’il y avait un déclin alarmant et sans précédent des populations d’abeilles en Europe et en Amérique du Nord. Dans certains pays, le nombre de colonies d’abeilles a diminué de moitié, certains ruchers rapportant la perte de jusqu’à 90% de leur cheptel.

ruche traditionnelle, invention de William Broughton Carr (1890)

Des armées de nouveaux amateurs ont cherché à résoudre le problème, et l’apiculture domestique connaît une renaissance. L’augmentation des abeilles urbaines a généré des résultats extraordinaires. Il s’avère que les abeilles urbaines sont plus robustes que celles de nos campagnes. On pense que cela est dû au peu de pesticides rencontrés dans la ville et à la plus grande diversité de la vie végétale dans les jardins municipaux par rapport aux paysages agricoles. Comme dans la ville, il y a un manque de nourriture disponible, les apiculteurs de la ville sont obligés de fournir une bonne sélection d’espèces florifères dans leurs jardins urbains.


Concernant l'Auteur

Écrit par: Anne


Commentaires sur cet article

Une remarque ? Merci de laisser un commentaire.