• Votre devise :
  • Se connecter
  • (0) Article(s) €0.00

Une tradition : le Recépage

Écrit par: Anne
Publié: 25th October 2017

Un ancien bois recépé dans le Wiltshire

Avez-vous entendu parler de Nick Weston, le Robinson Crusoe moderne qui a vécu dans les bois pendant un an en ne survivant que de nourriture sauvage ? De Phil Inkly, qui a fui la civilisation pour vivre dans les bois car il ne supportait pas les ondes magnétiques provenant du wi-fi ?

Connaissez-vous Ben Law, qui a construit sa propre maison dans les bois et gagne sa vie par le recépage ? Son livre, traduit en français, donne des conseils pratiques sur les façons de vivre durablement dans une forêt.

Mais que veut dire recépage ? C’est une méthode pour couper le bois qui permet à l’arbre de vivre plus longtemps. Pas possible ! Et bien si, tout à fait. Cela augmente la biodiversité, car les arbres recépés laissent la lumière se diffuser, ce qui est bénéfique pour les fleurs sauvages, les insectes et plus haut dans la chaîne alimentaire, les oiseaux et les mammifères.

Après les deux guerres mondiales, les forêts britanniques se sont trouvées très appauvries, c’est la raison pour laquelle on mit en place la Commission Forestière (The Forestry Commission). La première chose approuvée pour une solution à court terme fut de planter des plantations de pins à croissance rapide avec des variétés non indigènes. Cependant, les conifères meurent après être abattus, il faut donc replanter continuellement. Mais avec des feuillus, la souche ne meurt pas, de nouvelles pousses vigoureuses deviennent de nouveaux arbres en périphérie du tronc abattu. Ce processus permet de rajeunir un arbre.

Nos ancêtres le savaient. Ils pratiquaient le recépage depuis la période néolithique. Ils ont découvert qu’avec différentes circonférences de troncs produites grâce au recépage, on pouvait utiliser ce bois à de nombreuses fins, dont la construction de maison ou de clôture. Des arbres tels que le chêne, le noisetier, le châtaignier et le tilleul étaient utilisés – en bref, tous les arbres endémiques du Royaume Uni.

Avec le développement du charbon à bas prix au 19ème siècle, il n’y avait plus de fond pour faire du recépage, et les travailleurs ruraux gagnèrent les villes.  Les forêts recépées ont grandi, laissées à l’abandon et on peut encore découvrir de nos jours vestiges de recépages sur de vieux feuillus. Mais aucune compétence n’est tout à fait perdue, et notre nécessité collective de redécouvrir des moyens éco-durables dirigent beaucoup de personnes à réapprendre le recépage.

 

Un arbre recépé laissé à l’abandon

Le TTCR (taillis à très courte rotation : SRC en anglais : Short Rotation Coppicing) sur du saule est l’une des méthodes les plus courantes car le saule est à croissance rapide. Selon le site thewillowbank.com, un acre (4047 m2) d’arbres recépés peut produire environ 5 tonnes de bois de chauffage par an sur une rotation de 5 ans.  Personne n’est d’accord sur ce chiffre si l’on en croit les forums, disons que c’est une estimation raisonnable.  Cela veut dire que vous divisez votre terrain de 4000 m2 en 5 parcelles, vous plantez des saules, vous patientez 5 ans et vous récoltez une parcelle (5 tonnes de bois) chaque hiver. Au bout de 5 ans, vous pouvez de nouveau couper la première parcelle.

Si vous souhaitez obtenir des branches de saules plus fines, votre terrain peut produire un plus grand rendement. Plus proches seront les arbres entre eux, plus les tiges seront minces. Pour du bois de chauffage, 1 mètre de distance entre chaque arbre donnera un diamètre maximal, si vous les rapprochez, vous pourrez faire des clôtures ou bien des paniers.

Quelle est la quantité moyenne de bois utilisée par un ménage ? Difficile à dire, mais selon le site précédemment nommé, un petit poêle dans un cottage bien isolé utilise 1 à 2 tonnes de bois sec par an. Par contre, si vous utilisez une cuisinière à l’ancienne chauffant une maison à courant d’air en plus de produire l’eau chaude, vous pouvez avoir besoin de 10 tonnes par an. La moyenne par foyer se situe entre ces deux extrêmes. En conséquence, si vous souhaitez gagner votre vie avec le recépage en plus de votre utilisation personnelle, il vous faudra augmenter la superficie de votre terrain en fonction.

De plus en plus de personnes achètent de petites parcelles de bois pour leur besoin personnel. La combustion du bois est neutre en carbone – ce que vous brûlez dans votre poêle libère les mêmes atomes de carbone dans l’atmosphère qu’une plante utilise pour sa croissance. Contrairement au charbon ou au pétrole qui prend des millions d’années pour « pousser » et qui une fois brûlé libère toutes ces années de carbone dans l’atmosphère.

Certaines personnes pensent, à tort, que le bois de chauffage désertifie nos forêts, mais la vérité est que plus nous utilisons du bois pour nous chauffer, plus nous produisons une économie autour de forêts éco-durables et plus nos forêts endémiques prospéreront. Il semblerait donc que l’avenir du développement durable réside dans nos anciennes traditions.


Concernant l'Auteur

Écrit par: Anne


Commentaires sur cet article

Une remarque ? Merci de laisser un commentaire.