Téléphone France: +33 (0)9 63 55 22 70
Devise: Mon Compte (0) Article(s)
DEVENEZ LORD OU LADY DÈS AUJOURD'HUI

Comment Célébrer Burns Night

Écrit par: Anne
Publié: 23rd January 2018

Texte de Stewart

La tradition écossaise de Burns Night est célébrée le 25 janvier, alors il est encore temps de préparer votre propre souper Burns si vous le souhaitez, et de vous joindre à ce magnifique hommage au poète préféré de notre nation ! Si vous décidez de faire votre propre souper Burns Night, n’oubliez pas de nous en parler sur notre page Facebook!

Voici un bref résumé de l’histoire de Burns Night, et un aperçu des rituels et discours adoptés. Donc, Lords, Lairds et Ladies d’Ecosse, voici tout ce que vous devez savoir.

Nous espérons que vous ferez la fête en célébrant votre propre Burns Night !

Quelle est l’origine de Burns Night ?

Rabbie Burns était si populaire qu’après sa mort (1796), ses amis se réunissaient encore pour son anniversaire, le 25 janvier, et mangeaient du haggis (un plat qu’il aimait), récitaient ses poèmes et buvaient à sa mémoire. C’est ainsi que la tradition Burns Night a débuté. Plus de traditions se sont rajoutées au fil du temps, et désormais, vous pouvez faire d’une Burns Night une grande aventure.

Que manger lors d’une Burns Night?

Vous pouvez juste faire servir du haggis, avec des neeps (rutabagas) et des tatties (pommes de terre), ou l’accompagner de clapshot (neeps et tatties écrasés avec de la ciboulette – miam!). La sauce au whisky est facultative (mais pourquoi s’en priver !). Beaucoup de whisky pour faire couler, un livre de poésie de Burns à passer autour de la table pour en réciter (avec une ivresse grandissante) des passages ; voici un moyen de marquer cette occasion, qui plus est pas désagréable.

Haggis, sauce au whisky et clapshot

(Au cas où vous vous poseriez la question, le whisky écossais s’épelle sans ‘e’. Les distilleurs irlandais voulurent distinguer leur produit en ajoutant le ‘e’, et les Américains adoptèrent cette orthographe, causant depuis une confusion mondiale !)

 

 

Comment célébrer Burns Night

Si vous voulez célébrer Burns Night en faisant la totale, avec haggis, employez un joueur de cornemuse en uniforme pour mener une procession d’importants personnages à la table d’honneur (sous condition que vous en trouviez une assez haute), où le président, les invités intervenants, les membres exaltés de la Fédération Burns et peut-être même un vicaire local, pourraient être amenés à s’asseoir devant les convives. C’est précisément la façon dont maintes salles de banquets, salles de réunions (ou arrière-salles dans les pubs) seront aménagées le 25 janvier.

Peu importe la hauteur de vos tables, le souper suit toujours les mêmes traditions bien-aimées. Après que chacun se soit assis à sa place, un président désigné fait un bref discours de bienvenue. Puis on porte un toast à la Mémoire Immortelle. C’est à ce moment qu’un invité intervenant parle de Robert Burns et de sa vie, puis éclaire l’audience sur le sens de l’un de ses nombreux poèmes.

Les végétariens n’ont pas à se sentir à exclus, puisque maintenant vous pouvez obtenir du haggis végétarien, farci avec un mélange savoureux de céréales et de légumes. C’est presque plus délicieux que la version avec viande !

 

‘Piping in the haggis’

Il est ensuite traditionnel d’avoir votre joueur de cornemuse ‘piping in the haggis’, c’est-à-dire jouer de la cornemuse alors que le chef cuisinier sert le haggis à table sur un plateau d’argent. Le chef et le joueur de cornemuse reçoivent tous deux un petit verre de whisky afin de pouvoir participer au toast. Avant de porter le toast, l’invité intervenant récite ‘Adress tae the Haggis’ ( ‘A un Haggis’ selon la traduction de 1994 de Jean-Claude Crapoulet), le poème foodie le plus célèbre de Burns, et avec le vers : ‘His knife see rustic Labour dight’ (‘Un rude homme de labeur essuie sa lame’), l’intervenant prend un couteau de cérémonie, puis lorsqu’il dit : ‘An’ cut ye up wi’ ready sleight,’ (‘Et te tranche d’un coup de main habile,’) il découpe le haggis d’un geste théâtral. Alors que la vapeur et la farce s’écoulent sur le plateau il continue avec :

 

‘Trenching your gushing entrails bright

Like onie ditch;

And then, Ach what a glorious sight,

Warm-reekin, rich!’

 

(‘Taillant dans tes nobles entrailles dégoulinantes,

Comme on creuse un fossé ;

Et alors, quel spectacle somptueux !

Quelle richesse ! Quel parfum glorieux !’)

 

Emballant pour les gourmets de tous lieux ! Une fois le haggis dans les assiettes et avant que chacun entame son dîner, quelqu’un doit porter le ‘Selkirk toast’. On prétend que Rabbie Burns aurait donné ce toast ‘à l’improviste’ durant un dîner avec le Comte de Serlkirk.

 

‘Some Folk hae meat that canna eat,

And some can eat that want it;

But we hae meat, and we can eat,

So let the Lord be Thanket!’

 

(‘Certains ont de la viande mais ne peuvent pas manger,

Certains voudraient manger mais ne le peuvent pas  ;

Mais nous avons de la viande, et nous pouvons manger,

Loué soit le Seigneur !’)

 

Le toast suivant, qui vient souvent après le plat principal, est le toast aux lassies (ode aux demoiselles), porté avec affection aux femmes présentes. Quand les dîners de Burns étaient des évènements entièrement masculins, l’un des participants remerciait les serveuses – les seules ‘lasses’ autorisées – puis se moquait d’elles derrière leur dos ! Ces jours-ci en compagnie mixte l’orateur qui reçoit ce calice empoisonné doit être un peu plus diplomate !

En ces temps modernes et grisants, les femmes sont non seulement autorisées à assister aux dîners, elles ont également le droit d’intervenir ! Burns Night a été infiltrée par une nouvelle tradition : la réponse au toast aux lassies, donnée par une femme bien sûr ! C’est tout à fait dans l’esprit de Robert Burns, qui croyait en l’égalité pour tous.

Les poèmes et chansons des oeuvres de Robert Burns peuvent être récités ou chantés à intervalles réguliers durant la soirée, et d’autres toasts peuvent être portés. Il peut même y avoir une courte animation. Une sélection de fins whiskies de malt termine le repas en beauté, avec souvent un dessert écossais copieux comme le Clootie Dumpling (pudding aux fruits) ou le Tipsy Laird (trifle à la cerise), sans oublier le très important plateau de fromages avec ses Bannocks (biscuits à l’avoine écossais).

Trifle aux fruits rouges

Burns Night est presque autant une célébration des nourritures et boissons écossaises que de ce cher vieux Rabbie. Mais si par une quelconque intervention divine Robert Burns pouvait voir à quel point il est encore aimé et célébré trois siècles après sa mort, alors les mots suivants, écrits de sa main, pourraient s’avérer prophétiques.

‘O wad some Power the giftie gie us

To see oursels as ithers see us!’

 

(‘O que le Pouvoir nous soit donné

De nous voir comme les autres nous voient !’)


A propos de l'Auteur

Écrit par: Anne


Commentaires pour cet article

  • maryline
    24/01/18 - 12:57

    sympa ce petit résumé, moi je resterai sur le dessert qui me plait bien
    En ce qui concerne le haggis viande ou végétarien , impossible à le manger
    Bonne journée
    Maryline

    • Anne
      24/01/18 - 13:15

      Bonjour Maryline et merci pour votre commentaire !

  • Brigitte Grapard
    12/12/18 - 03:13

    Merci Anne pour ce petit reportage sympathique et détaillé sur cet important moment traditionnel écossais.
    Personnellement, j’adore le haggis viande et j’ignorais qu’une version végétarienne existait.
    Sinon, j’aurais tenté de le goûter lors de mes merveilleux séjours en Écosse.
    Sais-tu comment il me serait possible d’en déguster un bon en attendant de pouvoir revenir en Écosse?
    Je cherche également les exquis champignons de Portobello.
    Je n’en ai pas encor

    • preview
      12/12/18 - 08:56

      Bonjour et merci pour ce commentaire ! En dehors du haggis (viande) de Susan à l’Auberge de la Source (79150 la coudre), je n’ai pas d’adresse en France à conseiller.
      Je pose ce jour la question sur notre page facebook.

  • Jean-Paul
    12/12/18 - 11:00

    Quand je traînais encore le soir, chaque année nous célébrions ça dans la tradition de mon atelier 🙂
    Maintenant j’invite quelques amis à la maison et la cérémonie, bien que plus concise, n’en demeure pas moins chaleureuse.
    Je me dis toutefois que vouloir remplacer les abats par du soja équivaudrait à chanter la p’tite Huguette à la place du minuit chrétien 🙂
    Je commande le mien à l’épicerie anglaise à Paris.

  • Mia
    07/12/20 - 08:51

    Bonjour Anne,

    merci pour votre article.
    Savez-vous ou est-ce que je peux fêter le Souper de Burns (le plus traditionnellement possible), en Ecosse, s’il vous plait ?

    Merci
    Cordialement

Une remarque ? Laissez un commentaire !