DEVENEZ LORD OU LADY DÈS AUJOURD'HUI
  • Votre devise :
  • Se connecter
  • (0) Article(s) €0.00

William Wallace : Naissance d’un Héro (1270-1305)

Écrit par: Anne
Publié: 15th January 2021

Traduction de l’article de Stewart

Sir William Wallace, héro de l’Écosse depuis le 13ème siècle, a uni les clans dans sa quête de paix et de liberté. Pour en apprendre davantage, lisez la suite, car cet article examine en détails ce personnage emblématique et son histoire unique.

 

Contexte historique

Revenons au mois de juillet de 1296. Le soleil brillait hardiment, mais de sombres nuages venaient planer au-dessus de l’Écosse. Le roi d’Écosse, Jean Balliol, se tenait devant le roi anglais. Il portait une verge blanche, signe d’un pénitent. Il s’agenouilla. Il demanda pardon au roi d’Angleterre.

William Wallace

Jean Balliol à genoux devant Edouard Ier

Edouard resta impassible. Il ne croyait pas aux compromis. Il força Jean Balliol à abdiquer et l’emprisonna dans la Tour de Londres. Après des mois d’insurrection, le royaume d’Écosse était finalement sous le contrôle d’Edouard.

Jean Balliol avait dirigé l’Écosse pendant quatre années désastreuses. Au début, il avait capitulé devant le roi d’Angleterre, au grand désarroi de son peuple. Il s’était finalement rebellé, menant une guerre désordonnée et vouée à l’échec contre l’occupation anglaise.

Edouard confisqua la pierre de Scone, où avaient reposé les postérieurs de tous les rois écossais lors de leur couronnement, et la fit installer à l’abbaye de Westminster, où elle resterait pendant six siècles.

 

William Wallace

Edward Longshanks ou Edouard Longues Jambes

Connu sous le nom de Longues Jambes à cause de sa grande taille, l’ambition d’Edouard était de régner directement sur l’Écosse, sans avoir à passer par l’intermédiaire d’un autre monarque. Il les avait contraints par la force à accepter sa supériorité féodale. Parmi ses attaques, le choquant et sanguinaire massacre de toutes les femmes et de tous les enfants de Berwick. L’Écosse était à présent vaincue. Ils n’avaient plus pour roi que Edouard Ier. Jean Balliol fut éventuellement libéré, et put vivre le reste de sa vie exilé en France. Il ne reviendrait jamais pour libérer son peuple. L’Écosse avait besoin d’un héro.

 

Le fils de Sir Malcom Wallace

Comme le prouverait son fils à la nation durant les années à venir, on peut dire de Sir Malcom Wallace qu’il n’était pas du genre à se soumettre.

En 1291, Edouard avait insisté pour que tous les nobles d’Écosse ajoutent leur sceau au tristement célèbre document ‘Ragman Rolls’ pour marquer leur allégeance envers la Couronne. Sir Malcolm Wallace ne put s’y résoudre. Lorsque son beau-frère Sir Reginald de Crauford, qui était l’administrateur du registre, remarqua l’absence du sceau de son beau-frère, le moment vint de disparaître pour un temps.

Sir Malcolm, accompagné de son fils aîné, s’enfuit à Lennox pour échapper à la persécution anglaise ; tandis que la mère de William se rendit chez son frère avec William et son plus jeune frère. Sir Reginald donna refuge à sa sœur, même si son époux avait décidé de fuir.

Le liberté de Sir Malcolm fut de courte durée. Lorsque décembre arriva, il avait été trahi par son propre peuple et assassiné par les forces anglaises.

 

Qui était William Wallace ?

Lorsque son père fut tué par les anglais en 1291, William Wallace était encore un adolescent.

Bien que les opinions divergent, l’historique William Wallace Society considère que William est né à Elderslie dans le comté de Renfrewshire. On pense que le nom de famille Wallace est dérivé du vieil anglais wylisc qui signifie soit “étranger” soit “gallois”. Cela pourrait porter à croire que les Wallace étaient des immigrants du Pays de Galles, mais en réalité à l’époque, le terme était également employé pour désigner les personnes parlant le Cambrien, une langue celtique parlée dans le Royaume de Strathclyde.

Fils cadet d’un membre mineur de la gentry, le destin de Wallace était d’entrer dans les ordres. Pendant plusieurs années il fut sous la tutelle d’un oncle paternel, un clerc, afin approfondir son éducation et faciliter son entrée dans cette profession. Son oncle s’intéressait également à la politique et fut d’une grande influence sur le jeune Wallace. Il inculqua à William l’importance de la liberté.

 

William Wallace

Portrait de Wallace par le 11ème Comte de Buchan

 

Harry l’Aveugle

Harry l’Aveugle (Blind Harry en anglais) était un ménestrel errant écossais du 15ème siècle. Durant ses voyages à travers l’Écosse, il raconta des histoires sur William Wallace. Il est également l’auteur de ‘The Actes and Deidis of the Illustre and Vallyeant Campioun Schir William Wallace’, un long poème plus communément appelé de nos jours ‘The Wallace’. Le poème a été écrit en 1477, environ 172 ans après la mort de Wallace, et c’est un récit approfondi de sa vie.

Incroyablement, ce livre est le deuxième livre le plus vendu de tous les temps en Écosse, derrière la Bible ! C’est de cette œuvre dont viennent les détails que l’on croit connaître sur la jeunesse de Wallace. Selon les universitaires, il faut lire ce poème avec du recul car il n’y a aucune autre source pour étayer ces histoires.

Malgré certains récits douteux contenues dans ses œuvres, c’est ‘The Wallace’ de Harry l’Aveugle qui a servi de base au film populaire Braveheart. Le poème est toujours imprimé aujourd’hui, bien que pour nos contemporains, il semble daté. Si vous pensez que vous aimeriez le lire, vous trouverez plus d’informations par ICI.

William Wallac

Une image tirée du film Braveheart, représentant Wallace à la tête des Écossais pendant la Première Guerre d’indépendance écossaise.

 

La Légende de William Wallace

Le jeune William avait peut-être déjà entendu la nouvelle de la mort de son père alors qu’il marchait, dans les rues de Dundee, par une froide journée de décembre 1291. Ce jour changea sa vie. Un jeune homme anglais nommé Selbie, fils du shérif de la ville, tenta de provoquer William. Il se moqua de ses vêtements. William l’ignora. Les railleries venant des anglais étaient devenues une habitude. Selbie ne s’avoua pas vaincu et tenta de s’emparer du couteau de William. Pris de rage, William enfonça ce même couteau dans la poitrine de Selbie.

Alors que Selbie tombait à ses pieds, William savait que sa vie était perdue. À compter de ce moment, il était un hors-la-loi. Il se précipita chez sa mère et, ensemble, la famille élabora un plan. Ils se déguisèrent en pèlerins et se dirigèrent vers le nord pour échapper à la détection. Le gouverneur de Dundee ne tarda pas à mettre la tête de William à prix.

Mais William ne pouvait pas échapper à son propre tempérament. A Riccarton, alors qu’ils logeaient chez un autre oncle, William fut approché par quatre soldats anglais qui voulurent lui prendre le poisson qu’il venait de pêcher dans une rivière voisine. William refusa, attaqua l’un des gardes avec sa canne à pêche, le désarma, se saisit l’épée du soldat et l’abattit avec. Il se tourna ensuite vers les autres soldats, tuant un deuxième homme. Les deux derniers s’enfuirent. William n’était quelqu’un qui se laissait intimider !

Son oncle n’apprécia guère que William ait à nouveau cédé à sa rage. Il l’emmena chez un autre parent, qui le cacha dans un bois. Les forêts deviendraient un territoire familier pour ce jeune hors-la-loi. Au fur et à mesure que sa renommée grandissait, il attira un petit groupe de fidèles. Certains d’entre eux étaient des membres de la famille, des cousins et des neveux. Le bois devint son quartier général. Il commença à mener des embuscades contre les troupes anglaises, agissant selon les renseignements qu’il obtenait d’un réseau d’informateurs. Il remporta des butins de ces raids ; des chevaux, des armes, de l’argent. Un grand mouvement de résistance se mettait en marche.

Peu de choses sont certaines sur William Wallace avant les événements de 1297. Il fut mentionné pour la première fois par des sources contemporaines anglaises comme un hors-la-loi, qui aurait tué le shérif anglais de Lanark, en mai 1297.

Les nombreux triomphes de Wallace contre les troupes anglaises dites «invincibles» chassèrent la peur des Écossais et firent renaître l’espoir. D’autres personnes le rejoignirent. Edouard Ier était furieux des activités de William. Éventuellement, William Wallace monta une armée qui humilierait Edouard durant la célèbre Bataille du Pont de Stirling. Ses efforts contribuèrent au retour d’un Roi sur le trône d’Écosse, sous la forme de Robert Bruce.

À l’heure où l’Écosse était dans le besoin, un héro était né.

William Wallace

Sceau personnel de Wallace (connu sous le nom de sceau de Lubeck)

Les histoires sur la jeunesse de Wallace sont pour la plupart apocryphes, et toutes sont vivement contestées par les historiens. La vérité est que la vie de William Wallace devient au fil du temps plus une légende qu’une réalité. On pense aussi que la légende de Robin Hood est en fait basée sur la vie de William Wallace.

Une citation en particulier qu’il est difficile d’oublier date de 1298, lors de la bataille de Falkirk, quand William aurait mené ses troupes au combat en criant : “Je vous ai conduis sur la piste, maintenant dansez du mieux que vous pouvez !”


Concernant l'Auteur

Écrit par: Anne


Commentaires sur cet article

  • jim nobody
    15/02/21 - 16:39

    La liberté n’a pas de prix!

  • Sylvie
    16/02/21 - 10:54

    Article très intéressant ! Merci

  • Annick Joly
    22/04/21 - 09:43

    Très intéressant ! Merci pour ce morceau d’Histoire !

Une remarque ? Merci de laisser un commentaire.